chromatophore

 

Certains animaux ont la possibilité d’adapter à tout moment leur coloration à celle du milieu sur lequel ils se trouvent. Le cas célèbre du caméléon n’est pas le plus spectaculaire. On peut citer de tels exemples d’homochromie variable dans les groupes les plus divers : Crustacés (crevettes), Batraciens (Rainette verte, Reptiles (geckos) mais aussi chez les Mollusques Céphalopodes (seiche, pieuvre), enfin et surtout chez des poissons plats (sole, limande, turbot). Tous ces animaux, si différents au point de vue zoologique, ont un point commun :

       leurs téguments  [ensemble des tissus et formations organiques qui constituent le revêtement externe des animaux] possèdent des organes spéciaux, colorés et mobiles, les chromatophores, dont la rétraction ou l'épanouissement déterminent des changements de couleur. Les chromatophores, en effet, se présentent sous forme de cellules élastiques contenant des pigments; si ces pigments sont concentrés au centre du chromatophore (en contraction), ils forment une minuscule boulette presque invisible (l'animal est de teinte claire). Si au contraire ces mêmes pigments s'étalent à la surface de la peau (chromatophore en expansion), ils forment une plaque mince délicatement ramifiée mais parfaitement visible, et à ce moment l'animal prend une couleur sombre. La vitesse d'expansion et de contraction des chromatophores est extrêmement variable : très lente chez les crevettes, elle se fait au contraire chez la seiche en deux tiers de seconde. Le mécanisme de changement de couleur est également variable selon les espèces.

schemas d'un Chromatophore : 

 

Il éxiste différents types de Chromatophores qu'on diférencie par la couleur qu'ils produisent et qui sont répartis dans des grandes catégories:

-parmi les biochromes qui possèdent de vrais pigments: Les érythrophores (pigment rouge), mélanophores (pigment brun) etc.....

-parmi les schemochromes qui produise la coloration grâce à leur structures réfléchissantes: les iridophores,  leucophores etc.... pouvant produire selon leur orientation des tons métallique, bleu ou vert brillant.

 

Chez certains animaux notemment  poissons et  amphibiens, le mécanisme de changement de couleur se fait par translocation du pigment, c'est à dire, par migration du pigment contenu dans un sac déformable: le sacculus.

Qu'est-ce qui contrôle ce mécanisme?

Expérience sur les mélanophores de la truite

On observe une légère retractation du pigment, notre éxpérience est quelque peu ratée car voici l'effet qu'est censée avoir l'adrénaline sur un mélanophore:

L'adrénaline agit donc sur les muscles permettant de faire migrer le pigment au centre de la cellule.

L'hormone ACTH a l'effet inverse. Sous son effet, les muscles  autour des mélanophore ( qui sont remplis de pigments ), expulsent le pigment vers la surface par des canaux spécifiques et la rendent donc visible, en colorant la peau en noir, là ou les canaux d'expension débouchent en surface.
Les mélanophores sont situés en profondeur, et le pigment qu'ils renferment n'est visible que lorsqu'il est expulsé dans la surface du derme.

Ainsi, il ya un contrôle hormonal. Chez les céphalopodes, dont la seiche qui nous interresse, les hormones jouent  le même rôle de contraction des muscles autour du chromatophore à la différence que le pigment ne migre pas: le sac dans lequel il est contenu est comprimé, ou étiré. Et à ce controle hormonal s'ajoute un contrôle nerveux.

 

 

 

retour à l'homochromie de la seiche

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×